Archives de Catégorie: FIV1

Bilan FIV1 et programme de l’avenir (très proche !)

Par défaut

Hier avait lieu le rendez-vous tant attendu du débrief de notre FIV1. Il a été à la hauteur de mes espérances. Nous avons eu une discussion constructive, chacun exposant ses arguments. Paul Nord a répondu à nos interrogations, sans jugement et sans nous faire de remontrances de ne pas lui faire confiance (ce qui n’est pas le cas, je veux juste être SURE de ne rien rater !).

Bilan de la FIV1  :

Paul Nord et Spootnik le biologiste ont fait bilan de cette FIV : j’ai bien répondu au traitement (26 ovocytes ponctionnés dont 12 matures) et le début d’hyperstimulation a été bien contrôlée. Ca n’a donc pas joué sur le résultat du transfert frais.

Nos embryons sont très beaux, ce qui induit que mes ovocytes que je suspectais d’être tout pourris sont de bonne qualité également (beaux gamètes = beaux embryons. CQFD). Même les deux derniers qu’on avait surnommé « les deux moches » étaient en fait pas si mal que ça d’après lui. Vue d’extérieur, pas d’explication au fait qu’il n’y ait eu aucune accroche sur 4 embryons transférés. Comme il dit « une FIV n’a que 30% de réussite en moyenne, il y a un facteur chance non négligeable »).

Le questionnement

  1. J’ai demandé si une hystéroscopie avait été faite lors de mon drilling. La réponse est négative. Il m’a donné une copie du compte rendu opératoire que je n’avais jamais lu. Selon lui, c’est un geste invasif qui n’est pas forcément justifié : on peut trouver des choses (petits polypes, etc) sans que cela soit responsable de la non-accroche. C’est donc traumatisant pour l’utérus sans pour autant donner beaucoup d’explications. Il n’est pas contre et en prescrit de temps en temps mais estime que ce n’est pas le moment pour moi car aux échos mon endomètre est très bien. Et [moment star-jesuislemeilleur] « vu nos taux de réussite franchement bons………. » et je vous passe le discours sur le fait qu’il a un bon pourcentage de réussite (centre classé dans les 15 premiers sur une centaine de centre) sans faire des hystéroscopies à tout va.  Je reviendrai donc à la charge en cas d’échec de FIV2, comptez sur moi !
  2. La biopsie de l’endomètre (ou Matricelab). Pour lui, je n’ai pas eu assez d’échecs pour justifier un tel investissement financier. Selon lui, j’ai peu de chance d’être hyper-réactive car j’ai déjà eu un début de grossesse il y a 5 ans et demi. Apparemment les hyper-réactives ne démarrent pas de grossesse. Donc supposition : je serai peut être hypo-réactive. Et là [roulement de tambour] il a une proposition à nous faire avant de nous lancer dans MatriceLab : le scratching. En gros, un utérus hyporéactif est mou du genou. Il ne fait pas assez de réactions immunitaires pour que l’embryon s’accroche. Des fois il peut s’accrocher (comme pour moi en 2010) mais se décroche à cause du manque de réactivité immunitaire. Le scratching est le même geste qu’une biopsie. Le cycle précédent la FIV, un jour précis, je dois me rendre au cabinet afin de de « blesser » l’endomètre. En gros, on va gratter mon utérus (miam miam, quel beau programme) en utilisant un tube de biopsie et ce geste permet d’augmenter la réactivité de l’endomètre sur le cycle suivant. Ce que je ne comprends pas après-coup, c’est qu’une hystéroscopie est un geste identique mais avec une caméra et qu’on aurait pu faire d’une pierre, deux coups. Mais bon, c’est lui le chef, je vais arrêter de faire ma relou.

Le programme de l’avenir (très proche)

  1. Je fais le scratching sur le cycle actuel (31 mai)
  2. Je fais la FIV2 sur le cycle suivant, soit en juin (ponction programmée semaine 25 (autour du 20 juin)).
  3. On transfert un embryon frais.

Deux issues possibles :

  1. C’est positif : Youplaboum ! Paye ton champomi !
  2. C’est négatif : on fait la vraie biopsie cette fois (MatriceLab) avant de mettre les embryons congelés s’il y en a.

Concrètement ?

Je reste sur un protocole court avec Gonal-F. La différence c’est qu’on va baisser un peu les doses (on passe de 150 ui à 125 ui) pour laisser plus de temps aux ovocytes de maturer (ça a été un peu trop vite pour la FIV1 d’où les 14 ovocytes non matures ponctionnés). La dernière fois on avait fait moit’ moit’ en ce qui concerne la fécondation (50% fécondation naturelle et 50% ICSI) et on a eu moit’ moit’ d’embryons issus de ces techniques(2 issus d’ICSI, 2 de fécondation naturelle). Du coup, là on part sur du 100% naturel car « moins on force la nature, mieux c’est ».

Dernière recommandation : ralentir la course à pied. Ne pas stopper, ça c’est certain mais diminuer car ça joue sur la fertilité. Apparemment il faut garder un peu de « gras » (ce que j’ai surtout au niveau du ventre, mais bon !) pour avoir des conditions optimales (les ovocytes ont besoin de gras, me demandez pas pourquoi !). J’ai donc négocié 3 heures de course à pied hebdo et pas de préparation de marathon (bon en vrai j’en ai un de prévu fin octobre mais j’aviserai après cette FIV).

On est ressortis vraiment contents. Ses propositions étaient argumentées et sensées. On s’est sentis écoutés et on a eu l’impression qu’il connaissait bien notre dossier. Et malgré le fait que je ne sois pas ressortie avec toutes les batteries d’examens que j’espérais, j’ai envie de lui faire confiance et de me laisser porter.

Carpe Diem

Jamais 2 sans 3

Par défaut

Verdict : échec de stim.

Rien n’a bougé malgré l’augmentation des doses de Menopur.

Je suis juste dépitée.

Marche à suivre : une capsule de progestan par voie orale (0_0)  tous les soirs pendant 10 jours pour éviter la formation d’un kyste. Puis aux prochaines règles, on retente un cycle substitué, mais cette fois avec des doses de Provames supérieures et par voie vaginale  0_0

Je pense que j’aurais testé tous les protocoles possibles et imaginables pour ce TEC…

Ras le bol.

Dernier transfert : recettes pour le succès

Par défaut

Depuis mercredi, je gobe mon Provames 3 fois par jour en espérant pouvoir enfin faire mon troisième et dernier transfert de cette FIV U (oui, je po-si-tive mesdames !).

Le contrôle écho est prévu le 2 mars où j’espère, Paul Nord me donnera la clé pour passer à l’étape suivante : le transfert des « deux moches » (entendez par là, les 2 J6 qui ont des têtes de J5).

L’ayant eu très mauvaise en janvier lorsqu’il a fallu annuler ce TEC à cause d’un connard de kyste, j’ai décidé de mettre toutes les chances de mon côté. Comme vous avez pu le constater dans mon parcours, j’aime être actrice de ma vie et avoir l’impression que je maitrise les choses. D’où les recherches frénétiques faites récemment afin de trouver LA recette miracle (que celle qui n’a jamais gogolisé « recette miracle pour un transfert réussi » me jette la première pierre……..) qui fera s’accrocher au moins un des deux moches (oui parce qu’ils ont beau être moches à l’extérieur, je suis sûre qu’à l’intérieur ils ont du potentiel !)

Ce mois-ci j’ai décidé d’essayer une nouvelle recette jamais testée :

coloriage-cuisinier-19478

L’ananas sous toutes ses formes : un verre le matin au petit dej et une rondelle séchée bio pour le goûter. Il paraît que ça permet d’avoir un bel endomètre (ce qui me fait souvent défaut  car il met du temps à pousser et n’est jamais formidable). Ca coûte pas très cher et j’aime bien ça.

Une déjà testée mais que j’approfondis :

L’acupuncture : déjà testé 2 fois en janvier comme je l’ai raconté ici. Lors de la première consult’, je n’ai pas été emballée, emballée. Mais je suis persévérante et j’y suis retournée. A la deuxième consult’, elle était déjà plus détendue du string. Et moi aussi, car je connaissais l’endroit et ce qui allait se passer. On peut même dire que j’ai passé un bon moment sous le plaid à rêvasser et me détendre. Du coup, j’ai repris RDV pour la semaine prochaine afin de ne rien regretter concernant ce transfert.

Et une dernière recette dont on m’a parlé mais où j’hésite encore…

L’énergéticienne (ou magnétiseur) : C’est une très bonne amie qui m’a donné les coordonnées d’une dame qui, parait-il fait des miracles pour les maux de dos de son mari. D’un côté ça me tente et je me dis qu’après tous ces échecs : pourquoi pas ? Mais d’un autre, je suis très terre à terre et ai du mal à croire en ces médecines parallèles…

Est-ce que quelques-un(e)s d’entre vous ont déjà essayé ? J’aimerais avoir quelques retours d’expériences avant de, peut être, me lancer…

Quand DNLP me pourrit mon début d’année…

Par défaut

Après l’échec de stim déjà testé moult fois, je vous présente l’échec de transfert. Ce matin, j’avais mon RDV pour contrôler l’épaisseur de l’endomètre pour le TEC prévu la semaine prochaine. A peine, la sonde rentre en dedans de moi que je vois direct le problème : une masse énorme sur mon ovaire gauche. Et mon Paul Nord qui me dit : « bah qu’est ce que vous nous faites madame ! C’est un kyste énorme ! Vous ne sentez rien ???? ». Et oui, je me trimballe un kyste fonctionnel de presque 6 cm ! C’est vrai que lors de mon dernier câlin, j’ai eu mal aux ovaires, mais de là à imaginer un truc du genre…..

Ca m’est déjà arrivé une fois il y a deux ans pour une IAC qui a donc été annulée. Et bien là, c’est la même sentence : transfert annulé. Il faut enlever ce fichu kyste qui produit un déséquilibre hormonal : mon endomètre n’a quasiment pas poussé ; je m’en tire avec un petit 4 mm. Non mais quelle poisse !!!!! Je ne suis même pas triste mais juste dégoûtée ! Le médecin l’était aussi en me disant que c’était un truc de plus dans mon parcours déjà long, que c’est pénible de devoir repousser.

Oui, ça je ne te le fais pas dire…

Je dois donc arrêter le Provamès, attendre que des saignements arrivent (car vu l’épaisseur de l’endomètre, ça ne risque pas d’être les chutes du Niagara) et prendre  du  Surgestone pendant 18 jours pour assécher la bête. Il faudra faire un contrôle en fin de traitement pour vérifier que le kyste a disparu. Si c’est ok, on enchaîne avec le cycle de transfert (et où Paul Nord me fera peut être grâce du prélèvement cervical et vaginal si les résultats de celui fait mercredi dernier ne présentent pas d’infections). Et sans Décapeptyl car, c’est sûrement lui qui a fait devenir un follicule en maturation, un odieux kyste quelques semaine plus tard.  Bordel…. Ca nous emmène en Mars tout ça….. Mais quelle chiotte !

En plus (problème de riche je sais bien, mais ça fait bien ièch !), on avait prévu d’attendre le résultat de ce dernier TEC pour prendre nos billets pour notre voyage de noces prévu en juillet : un trek….(autant dire qu’il faut être en forme !) au pays de Christopher McCandless (donc « légèèèèèrement » paumé si tu vois où c’est…). Et attendre fin mars c’est juste pas possible car les billets d’avion vont être trop chers. DNLP me rappelle encore une fois, qu’en PMA ça ne sert à rien de prévoir des plans dans sa tête, c’est ELLE (c’te pute) qui décide et pas la PMette. Au bout de 3 ans et demi, j’aurais dû m’en souvenir….

Du coup, on a décidé de les prendre quand même, et advienne que pourra :

  • si le TEC ne marche pas (probabilité la plus élevée) : pas de regret d’avoir  pris les billets.
  • si le TEC marche : alléluia ! On part quand même mais on change le trek en marche cool. Sauf si ya un souci quelconque (oui, j’ai peu confiance en DNLP) et là faut espérer que l’assurance annulation marche pour ces raisons…

M’enfin, on n’en est pas là tu me diras, mais c’est vraiment trop pénible de ne pas pouvoir faire des projets sereinement.

Bon, j’ai déjà été courir pour évacuer un peu de ma colère. Me reste à bien picoler ce soir pour vraiment l’enfouir au plus profond de moi et pouvoir afficher mon sourire légendaire (le pouvoir du Mojito on appelle ça).

Bordel !

alaska

Vous croyez que Paul Nord voudra bien m’y accompagner en cas de miracle ?

 

 

Découverte de l’acupuncture

Par défaut

Aujourd’hui j’avais le tout premier rendez vous de ma vie chez une acupunctrice. Tout le long de la route j’ai réfléchi à ce que j’allais lui dire quand elle me demandera « qu’est-ce qui vous amène ? »

J’ai mon petit scénario en tête quand j’arrive au cabinet. J’ouvre une porte et je trouve un petit couloir dans le noir. Mouais, ça ne m’inspire guère. J’ouvre une deuxième porte qui donne sur un deuxième couloir avec plein de moquette au mur. Ca pue la poussière. Re-mouais.

Aller chez l’acupuncteur, je voyais ça plutôt cozy : cabinet moderne, encens et affiche zen au mur. Que nenni : bienvenue à Vioque Land !

Allez, je pousse jusqu’à la salle d’attente où la moquette est maintenant au mur ET au sol. Beurk ! Et en plus de la poussière, ça sent le vieux (tu sais, la bonne odeur de renfermé ? Dégueulasse). En plus y’a une vieille dans la salle qui n’arrête pas de racler sa gorge. Ca m’énerve.

Après un petit quart d’heure de retard je suis appelée. L’acupunctrice est plutôt âgée. Elle ne me regarde pas trop, prend une fiche et commence à me poser plein de questions avec une certaine froideur qui me met mal à l’aise. Après m’avoir demandé si j’avais des enfants, elle me demande le pourquoi de ma venue. Je lui balance donc que c’est pour ça que je viens et là je sors ma petite tirade apprise par cœur : nette et précise. Elle pose quelques questions pour en savoir plus (mon parcours détaillé, détail de la FIV, date du prochain transfert, etc.). Elle me demande si le moral va. Mais à peine ai-je répondu qu’elle chasse ma réponse par une autre question. Ok, niveau empathie c’est toujours pas là que je la trouverai… Puis elle me demande de m’allonger en sous-vêtements, sans même m’avoir expliqué ce qu’elle compte faire, ce sur quoi elle veut travailler. J’hallucine ! En me déshabillant je lui pose donc la question. Elle me répond : « un peu tout. Le stress, la difficulté d’endormissement, la question hormonale ».

Mouais en gros, t’as pas trop envie de te faire chier à répondre à mes questions. Allez, je lâche prise, je m’assieds. Quelques piqûres dans le dos. Ca picote et n’est pas très agréable. Puis je m’allonge sur le dos (WTF ?! Mais j’ai des aiguilles de plantées non ?!). Apparemment, on peut quand même s’allonger. Et effectivement, je ne sens pas les aiguilles en m’allongeant. Dingue.

Et vas-y qu’elle m’en plante dans les pieds, en haut du pubis, les poignets, les bras. Puis hop une couverture, extinction des feux et elle se barre en me disant qu’elle revient dans 20 min. (En fait elle file chercher le patient suivant et l’emmène dans une autre salle. Oui appelez-moi La Sentinelle. J’entends tout.)

Bon je me détends, pense à plein de trucs. Ca s’espace. Je ferme un peu les yeux et je sens la fatigue me submerger. Finalement, je ne sens pas du tout les aiguilles et je suis bien sous ma couverture. Il s’est bien passé une demi-heure quand la vieille morue revient. Allez hop j’t’enlève les aiguilles, allez hop donne moi ta carte vitale, allez hop paye moi 38 euros. Elle me dit qu’il faut remettre un RDV pour bien préparer le transfert et en remettre sûrement un après pour favoriser la nidation. Bon quitte à avoir commencé, autant aller au bout de la démarche, alors j’ai opiné du chef pour un second RDV, bien que mon cœur n’y tenait pas trop. Par contre, je lui ai signalé qu’étant donné on allait me transférer des embryons de 6 jours, si un 3ème RDV il doit y avoir pour « favoriser la nidation », il faudra le caler vraiment juste après le transfert. Car si elle me le pose une semaine après, je ne vois pas trop l’intérêt.

Bref, vous l’aurez compris, je ne suis pas hyper convaincue de la chose. J’ai bien aimé quand j’étais tranquillou bilou sous ma couette. Mais en ce qui concerne la personnalité froide du médecin, le cabinet vieillot pas du tout engageant et le manque d’explication de sa part, je ne suis pas vraiment emballée emballée. Mais bon, comme dis plus haut, je vais faire mes 3 RDV et après je n’y mettrai plus les pieds.

« Change d’acupuncteur » me direz-vous. Le souci est que dans ma région il n’y a que 2 acupuncteurs ! L’autre est de réputation, pas très bavard et pas engageant non plus. Voilà pourquoi j’avais choisi celle dont je n’avais pas de retours. Bon bah, mauvaise pioche.

Mais bon, je me dis que c’est une expérience de plus et que ça ne peut pas me faire de mal. Et puis, c’est pas comme si je n’étais pas habituée aux médecins peu loquaces ! Une de plus à rajouter sur ma liste des vieux croûtons !

Grosse pensée à Simone pour son transfert de demain et à Mamzelle Fleur pour l’épreuve terrible qu’elle traverse (si tu passes par là, je t’envoie un gros câlin).

Remonter à la surface

Par défaut

Déjà deux semaines d’écoulées depuis mon négatif. Désolée de m’être faite plus rare, j’avais besoin de couper un peu de tout ça, la PMA et tout le tralala. Les deux dernières semaines ont été en dents de scie : des hauts et des bas au niveau du moral. Mais petit à petit je remonte à surface :

Flonflon s’est super bien occupé de moi : confection de petits plats et beaucoup d’attention. Des bras chauds pour sécher mes larmes.

J’ai repris la course à pied pour évacuer ce trop plein de colère.

Des soirées entre amis, même si le cœur n’y est pas vraiment.

Du travail à ne plus savoir qu’en faire en cette fin de période : préparation du spectacle de Noël, livrets d’évaluation, stages de formation, ce qui me permet d’occuper mon esprit morose.

Un premier tour d’élections qui m’a miné le moral un peu plus, mais un second tour qui me donne un peu d’espoir en la nature humaine. Ce soir, un poids est parti, mais le combat ne cesse pas. Continuons de défendre nos belles valeurs.

Un colis reçu après une très mauvaise journée et le sourire qui est revenu en découvrant toutes les petites attentions de ma très chère Biquette qui était mon binôme pour le swap des couleurs organisé par la Liseuse Hyperfertile. Le voici en image :

20151208_072632

La couleur était donc le vert, une couleur que j’aime beaucoup. Dans les livres reçus il y a deux auteurs que je connais :

  • Franck Thilliez avec « le syndrome [E] ». J’ai lu « Vertige » il y a 2 mois.
  • Eric-Emmanuel Schmitt avec « la Rêveuse d’Ostende » (j’ai lu « la part de l’autre » avant l’été).

C’est donc avec joie que je vais retrouver ces deux auteurs et  lire ces deux ouvrages.

Le dernier livre est « Beignets de tomates vertes » de Fannie Flagg, auteur que je ne connais pas encore mais que je vais découvrir en premier : il est sur ma table de chevet prêt à prendre le relais dès la fin du livre que je lis actuellement !

En surprises et gourmandises, j’ai reçu des chocolats belges (engloutis !), des biscuits maison à la cannelle (dévorés !), un gel douche à la fleur de vigne (sent trop bon !), un déo rigolo, des capsules de jus concentré de poires et pommes cuites (miam miam) et une carte avec des mots tous doux ! Bref, découvrir ce colis a été une bulle de douceur ! Merci encore à toi Biquette !

En ce qui concerne la PMA, dès le jour du résultat de ma prise de sang le centre m’a appelée pour me donner les instructions pour le prochain et dernier TEC de cette FIV. Il se fera en janvier, juste après ce cycle de pause, toujours sur cycle substitué. Rien de modifié par rapport à celui de novembre mis à part de la vitamine D (Uvidose). S’ils résistent à la décongélation on me transférera donc les deux J6 bof bof qu’il nous reste. Bon, je me rassure en me disant que s’ils ont été congelés c’est qu’ils ont un minimum de potentiel mais d’un autre je me dis que deux magnifiques J5 n’ont pas trouvé le nid assez douillet pour s’y accrocher… Alors bon…

Pour finir, j’ai une pensée particulière pour la dream team de novembre. J’aurais aimé qu’on soit plus nombreuses que cela à monter dans le train. Mais si déjà DNLP lâche un peu du lest et permet à PMAvie d’avoir son siège en première classe, ça sera déjà une belle victoire ! Je croise plus que jamais pour toi ma belle !

Je ne pense pas réécrire d’ici la fin de l’année car je pars pour les fêtes et au niveau PMA il ne va pas se passer grand chose. Alors je souhaite à toute la blogo de belles fêtes de fin d’année en espérant que celles qui ont le ventre vide comme moi puisse trouver un peu de bonheur et de sérénité. Je sais que ces moments ne sont pas toujours faciles pour nous alors je vous envoie un gros câlin.

 

Et une de plus.

Par défaut

De claque dans ma gueule.
Encore négatif…. Je ne les compte même plus depuis 3 ans et demi…
Tristesse.
Colère.
Incompréhension.
Injustice.
Lassitude.
Encore un Noël le ventre vide.
Encore des larmes à essuyer.
Encore un rôle à jouer encore et toujours pour cacher ma peine. Faire semblant.

J’espère que la vague de négatifs se terminera avec la fin ce mois de novembre  (de merde) et que décembre sera synonyme de victoireS pour la dream team.
Je suis à fond avec vous. Mais là,  tout de suite, j’ai mal à mon petit coeur.

#dreamteamnovembre
#tarteaucitron